Résolution

Le laboratoire numérique, technologie, équipement...
Répondre
Avatar de l’utilisateur
SylvainM
Modérateur
Messages : 893
Inscription : 05 sept. 2008 18:26
Localisation : Chuiche :o)
Contact :

Résolution

Message par SylvainM » 15 avr. 2013 08:32

Une intéressante question m'a été posée en MP à propos de la numérisation des négatifs:

Je lis partout qu'il faut des scanner du genre Nikon Coolscan V ED ou mieux mais les prix sont totalement exorbitants! N'ayant pas des milliers de négatifs, je me refuse de dépenser autant pour cela.
J'ai donc regardé du côté des scanner à plat et retenu le Canon Canoscan 9000F et le Epson Perfection V500 et V600.
Ces scanners peuvent-ils me permettre de faire de belles numérisations et des tirages de qualité ?! Je te précise que je n'irais pas au dessus du format A3+.


Théorie:
Partons du tirage: quelle résolution d'impression un tirage doit-il avoir? En général jusqu'au A3 on donne 300dpi. Mais il est reconnu que 285dpi suffisent amplement. Un tirage A3+ sans marge, c'est environ 33x48cm, et ça correspond peu ou prou à un agrandissement de 13x par rapport au négatif 24x36. Cela signifie que pour obtenir un tel tirage, il faut une résolution de numérisation de 3700dpi. Les scanners à plat dont tu parles sont donc trop limites, puisqu'ils ont une résolution optique pratique de 2400dpi ou à peine plus (on peut scanner à 3200dpi, on gagne un peu mais ça reste limité). Il est clair qu'un scanner film du type Coolscan fera mieux.
Je précise également que la dynamique des scanners films est meilleure, mais c'est moins crucial.

En pratique:
Perso, je tire rarement mes 24x36 au-delà d'un agrandissement x10 (soit 24x36cm), mais c'est parfaitement possible, même avec une numérisation à 2400dpi au départ. Une image bien traitée avant impression donnera d'excellents résultats. Le mieux est de faire un essai, évidemment, et de voir si le résultat convient à tes attentes.
La vérité attend. Seul le mensonge est pressé.

POLKa
Messages : 10
Inscription : 18 nov. 2012 15:06

Re: Résolution

Message par POLKa » 18 avr. 2013 14:16

Personnellement, j'ai un scanneur (à plat) Epson 4990, qui est donné pour une résolution optique de 4800x9600ppp (pixel par pouce). Bien entendu, quand je scanne à 4800ppp, je ne m'attends pas à ce que les contours soient résolus au pixel près : à 3 ou 4 pixels près, je suis content aussi bien pour le moyen format que pour le 24x36 (et même le demi format 18x24). Car il y a tellement d'autres facteurs qui interviennent : le grain du film, la netteté de l'optique de prise de vue et la précision de la mise au point, le micro-bougé...

D'un autre côté, j'avais aussi un APN (kodak) de 6Mpix équipé d'un bon petit zoom Schneider. Comme il me faisait des caprices, je l'ai remplacé par un APN plus moderne de 16Mpix avec un zoom plus puissant (également labelisé Schneider). Eh bien croyez-moi, sur des tirages A3+, je ne vois pas de différence entre ces deux APN : les 16Mpix ne gagnent rien par rapport au 6Mpix, on doit être au delà des autres facteurs qui jouent sur la résolution.

Et quand je fais des agrandissements classiques (en NB seulement), je ne les trouve pas tellement plus fouillés (en 30x40) que ce que j'obtiens avec mon scanneur et mon imprimante. La différence (en faveur du classique) est plus subtilement dans le rendu (l'éclat des blancs et la saturation des noirs entre autres).

En fait, je ne me pose pas tellement de questions sur les performances de tel ou tel élément de la chaîne, c'est le résultat global qui compte... et l'intérêt (ou la beauté) de la photo. Non ?

A+ Paul

Avatar de l’utilisateur
SylvainM
Modérateur
Messages : 893
Inscription : 05 sept. 2008 18:26
Localisation : Chuiche :o)
Contact :

Re: Résolution

Message par SylvainM » 19 avr. 2013 15:14

Polka, je suis également assez philosophe et j'adhère à ta façon de penser. Néanmoins, beaucoup ne pensent pas ainsi et cherchent la petite bête en traquant le moindre pixel de détail... Je me devais donc de répondre de manière neutre et surtout honnête: un scan dédié aux films donnera la substantifique moëlle du film, alors qu'un scan à plat va perdre un chouillat d'infos en route. Ensuite, est-ce critique pour un beau tirage même en A3+? Je ne pense pas, tout comme toi. Ce qui est important, c'est de savoir ce que l'on fait (et de l'assumer).
La vérité attend. Seul le mensonge est pressé.

POLKa
Messages : 10
Inscription : 18 nov. 2012 15:06

Re: Résolution

Message par POLKa » 20 avr. 2013 00:24

Epanchements :

C'est sans doute parce que je suis un vieux (con ?) que j'utilise sans complexe ni préjugé n'importe quelle technique photographique, mais pas dans n'importe quelle circonstance.

Au départ (il y a une cinquantaine), je suis parti sur de l'argentique (bien sûr) - uniquement du NB - dans toute la chaîne de procédés de la prise de vue à l'agrandissement (ou à la diapo-contact). Un peu plus tard, je me suis essayé à la couleur d'abord en diapo (E3 à l'époque) puis épisodiquement sur papier : mais je trouvais ça très chiant vu qu'il fallait à peu près une nuit de travail pour sortir un 24x30 correct. Je me suis donc longtemps cantonné au tirage NB et à la diapo - et même je me suis équipé d'un projecteur pour diapos MF (ce qui te laisse sur le cul par rapport au 24x36).

Quelque temps plus tard les PC et windows sont arrivés et Kodak a sorti une offre "numérisation de diapos ou de négatifs couleur" abordable sur CD : suivant un format spécial non destructif (pas du Jpeg !) qui offrait le 24x36 jusqu'à 2048x3072 pixels. C'est là que j'ai acheté ma première imprimante jet d'encre et que j'ai enfin pu tirer en couleur les doigts dans le nez.

Mais je me sentais frustré de ne pas pouvoir faire la même chose avec des diapos et des négatifs MF, jusqu'à ce qu'Epson sorte un scanner à plat de résolution convenable (1200ppp optique) scannant jusqu'au 9x12. Je suis resté avec des scanners Epson, mais j'en ai changé deux fois en doublant chaque fois la résolution et là, je me satisfais de 4800ppp depuis un bon moment (avec un 4990). J'ai aussi changé deux fois d'imprimante, et actuellement je me contente d'une R2880 (A3+).

Entretemps, je me suis aussi équipé en numérique : à l'origine, ma fille m'avait demandé de la conseiller pour l'achat d'un petit APN, et j'étais tombé un peu par hasard sur un Kodak DX7630 que j'ai trouvé tellement bon que je m'en suis offert un pour moi : il a (seulement) 6Mpix, mais un très bon petit zoom Schneider (de 40mm-120mm equ. 24x36) et des algorithmes qui trichent intelligemment avec la netteté. Bien sûr, comme tout le monde, j'ai encombré des CD avec des tas d'images qui valent que dalle, mais mes quelques bonnes prises, je les retravaille et les imprime en A4 et et même en A3+ pour les accrocher. De mon point de vue, ces tirages papier 6Mpix, le nez dessus, je n'ai rien à redire de leur résolution.

En NB, je n'ai cependant jamais divorcé de mon labo... et je viens de me le réinstaller en permanent dans mon garage. Ce labo, c'est mon procédé préféré pour le NB : négatifs jusqu'au 6x9 (agrandisseur modeste : Krokus III), cuvettes pour aller jusqu'au 30x40.

En couleurs, je pratique aujourd'hui à peu près à égalité le scan de négatifs et l'APN... parfois aussi la diapo (24x36 ou MF) mais seulement pour la projection, pas le tirage ; la projection (MF) est tellement époustouflante que ça me décourage de scanner des diapos - alors qu'au contraire les négaifs couleurs offrent beaucoup plus de souplesse entre prise de vue et scan.

Avec les APN, on peut faire de façon générale de très bonnes photos pour les tirer en jet d'encre, mais il y a certains domaines où ils sont nettement plus pratiques que n'importe quoi d'autre (je parle des APN compacts munis de petits capteurs) :

- les photos de fleurs et surtout d'insectes : à cause de la grande profondeur de champ en macro et de l'autofocus, on peut prendre des insectes pratiquement en mode P&S, même quand il faut faire très vite parce qu'ils sont craintifs.

- les panoramiques par assemblage : ils sont impossibles en argentique pur jus, assez difficiles en argentique scanné, et quasiment évidents avec des APN.

- la "digiscopie" : comme ces APN compacts ont à peu près les mêmes caractéristiques optiques que nos yeux (focales-ouvertures), il est immédiat de les coller derrière n'importe quelle longue-vue, jumelles, téléscope ou microscope - tout bonnement à la place de notre oeil.

En somme, j'utilise donc à égalité n'importe quels moyens pour faire de la photo, mais pas pour n'importe quelles photos : certains moyens sont mieux adaptés à certains domaines. Ce qui est génial, c'est la grande palette de moyens dont on dispose aujourd'hui par rapport à l'époque où j'ai débuté.

Et pour moi, le pied c'est de viser des résultats meilleurs (ou au delà de la limite) des possibilités d'une technique donnée... pas d'avoir le meilleur (ou le plus réputé pour sa réputation) des matériels.

A+ Paul

Répondre