Tirage : Quid du diafragme/ouverture de l'agrandisseur ?

Tout ce qui concerne l'installation et l'équipement de votre laboratoire : petit matériel, agrandisseur, etc
Répondre
bjg-jpg
Messages : 16
Inscription : 05 sept. 2022 15:01
Localisation : Paris

Tirage : Quid du diafragme/ouverture de l'agrandisseur ?

Message par bjg-jpg » 07 sept. 2022 23:16

Bonsoir,

Ma question concerne l'impact de l'ouverture/diaphragme d'une optique d'agrandisseur sur le tirage (NB).
Basiquement, l'ouverture d'un objectif permet de filtrer la quantité de lumière et sa diffraction sur sa cible.

Concernant la prise de vue, cela permet de contrôler, fonction de la vitesse d'exposition, la profondeur de champ, entre autres. OK.

Par contre, je ne sais pas trop l'impact lorsqu'au lieu de recevoir la lumière (prise de vue), il sert à son émission (tirage).

A priori, en tirage, plus le diaphragme est ouvert, plus la lumière est crue et violente, réduisant les temps de développements des tirages, mais pour quelles conséquences ? Pour des tirages durs indépendamment du grade ?
Plus il est fermé, plus la lumière serait "diffuse" permettant des tirages plus doux ? (indépendamment du grade)
Bref, je suis un peu perdu.

Pour une mise au point au scoponet sur grain, on ouvre au max OK. Puis par défaut on se met autour de f8, mais pourquoi f8 ? (pour un 50mm sur du 135)

Bref, si quelqu'un pouvait m'expliquer l'influence de l'ouverture de l'optique d'un agrandisseur au tirage (dureté, nuances ombres/lumières, etc...), ou simplement me donner quelques liens, voire même me dire "t'inquiètes ça sert à rien" (ce dont je doute) ce serait bienvenu...

Bien à toutes et tous,
Bruno.
Nul besoin d'espérer pour entreprendre.
Nul besoin de réussir pour persévérer.

Avatar de l’utilisateur
Pierre-François
Administrateur
Messages : 2042
Inscription : 25 nov. 2007 11:30
Localisation : Arles
Contact :

Re: Tirage : Quid du diafragme/ouverture de l'agrandisseur ?

Message par Pierre-François » 08 sept. 2022 06:57

Bonjour, au niveau exposition, le diaphragme jeu le même rôle qu'à la prise de vue: contrôler la quantité de lumière qui passe à travers l'objectif. A 2.8, on aura deux fois plus de lumière qu'à f:4 et il faudra deux fois moins de temps d'exposition, etc. Mais, comme on n'a pas inventé les négatifs en trois dimensions, il n'a aucune influence sur la profondeur de champ. Par contre fermer le diaphragme améliore la netteté.
Et pourquoi f:8? (ou tout autre ouverture entre les extrêmes) parce que les objectifs ont plus de défauts à leurs plus grandes et plus petites ouvertures. C'est assez empirique et il faudrait faire des tests ou retrouver de vielles revues les ayant fait pour chaque objectif. Mais de 5.6 à 11 on est "au milieu".
De plus, si on veut avoir le temps de faire des masquages corrects et sans que cela apparaisse sur le tirage, il vaut mieux des temps d'expos assez longs, sans exagération quand même, donc il vaut mieux un diaphragme relativement fermé, pour obtenir un temps d'au moins 20".

bjg-jpg
Messages : 16
Inscription : 05 sept. 2022 15:01
Localisation : Paris

Re: Tirage : Quid du diafragme/ouverture de l'agrandisseur ?

Message par bjg-jpg » 08 sept. 2022 08:50

Pierre-François,

Merci pour cette clarification.
Comme quoi je me posais trop de questions...

Cordialement,
Bruno.
Nul besoin d'espérer pour entreprendre.
Nul besoin de réussir pour persévérer.

Avatar de l’utilisateur
romula
Modérateur
Messages : 208
Inscription : 26 févr. 2009 16:53
Localisation : Gatineau, QC, Canada

Re: Tirage : Quid du diafragme/ouverture de l'agrandisseur ?

Message par romula » 21 sept. 2022 19:31

Question intéressante. Pour la mise au point sur le grain, la plus grande ouverture facilite la tâche, puis on ferme à f/5,6 ou f/8 pour profiter de la meilleure zone de qualité de l’objectif.

À l’agrandissement, on fait une photographie du négatif (le sujet photographié) sur le papier (la surface sensible). Tant que les plans porte-négatif et margeur sont parallèles, la notion de profondeur de champ ne s’applique pas. Mais si on soulève un bord du margeur (et si on peut aussi incliner le plan de l’objectif), la PDC peut devenir importante. Et pourquoi faire ça? Pour corriger les problèmes de convergence comme on le fait avec une chambre photographique (bascule et décentrement).

Bien entendu, la durée d’exposition est directement reliée à l’ouverture. Comme le dit si bien Pierre-François, on veut un temps assez long pour pouvoir faire notre masquage. Par contre, avec un négatif très (trop) dense et un fort niveau d’agrandissement, on pourrait avoir besoin d’une très longue exposition et là, il faudra tenir compte de l’effet de réciprocité. Comme pour les pellicules, la courbe exposition/densité des papiers n’est pas une ligne droite.

Heureusement, ce que je décris est surtout l’exception. La plupart du temps, c’est beaucoup plus simple.

Bon succès,

Robert

Répondre