Objectif photographie argentique photographie argentique photographie numérique

* Plus un tirage séjourne dans un produit plus il s'imbibe dudit produit;

* Plus il séjourne dans l'eau et plus les produits "s'échappent" du papier;

* Plus un produit est dilué et moins il agit vite;

* Plus un produit agit longtemps plus il est efficace et homogène sur la feuille;

* Plus un papier séjourne dans l'eau et plus l'eau s'infiltre dans la structure;

* Les phénomènes d'échanges sont accélérés avec la hausse de température des bains.

Facile de constater que le rinçage sera donc un compromis, et dépendra aussi du temps passé dans les bains précédents… Pas évident!

Rinçage des RC

Un RC séjourne peu dans les bains, et si on utilise un fixateur pas trop dilué (de type 1+4 par exemple), c'est vraiment court. D'autre part ce n'est pas non plus une matière qui s'imbibe facilement donc les produits restent en surface, dans la surface sensible. En conséquence le rinçage n'aura pas besoin d'être trop long. Dans les milieux autorisés on parle d'environ un quart d'heure dans une eau à 20°C, renouvelée.

De toute façon il est déconseillé de faire plus long, car l'eau finit quand même par s'infiltrer (cf postulats ci-dessus), en particulier dans la zone très exposée des coins de la feuille. Le tirage devient donc fragile et il arrive même que la surface sensible se détache du support en PE. Là c'est foutu, le coin est "corné", et il faudra couper le tirage pour avoir quelque chose de propre à la fin.

Avoir une eau renouvelée (donc changée pendant le rinçage) permet de garder une concentration minimale de produit dans le bain et permet ainsi de mieux évacuer les résidus du tirage.

Rinçage des barytés

Là, ça se corse, car c'est tout l'inverse: les FB doivent séjourner plus longtemps dans les produits (au moins deux fois plus en moyenne, et parfois plus) et leur structure fibreuse fait que l'eau et les pro-duits pénètrent dans le support. Le tirage devient donc fragile, et difficile à manipuler. Le rinçage est de fait beaucoup plus critique pour nos chers barytés.

Au sujet de la fragilité: on ne peut en aucun cas éviter de "détremper" le tirage, donc il sera fragile. Il faut vivre avec. Donc le rinçage peut être long (plusieurs heures) sans augmenter le problème!

Remarque: éviter quand même de laisser un tirage trop longtemps dans l'eau car il est possible qu'il finisse carrèment par se désagréger!!!
En revanche, même bien imprégné, il retrouvera, en séchant, un aspect normal.

Le baryté a accumulé pas mal de produit, tant dans l'émulsion que dans le support, pendant le traitement. Il faut donc le rincer longuement, et avec une eau renouvelée le plus possible. Chacun sa méthode, il existe des laveuses qui se branchent sur un robinet, mais on peut aussi faire tremper dans une cuve de labo en renouvelant l'eau soit périodiquement soit "dynamiquement", en faisant couler doucement le robinet au dessus, et en l'inclinant juste ce qu'il faut pour que l'eau s'en aille par un bord. L'idéal dans ce cas est de faire un peu bouillonner l'eau avec le tuyau d'arrivée.

Attention: ne pas laisser sécher un baryté avant le lavage complet: en effet le thiosulfate d'ammonium (qui est le composant principal du fixateur), une fois sec, ne se redilue pas. Le tirage serait pollué à jamais et pourrait avoir des soucis dans quelques années!!

Quelle durée? Pas de réponse absolue, hélas. Seul un test de rinçage pourrait être le juge de paix. Perso je fais une heure en laveuse.

Un dernier rinçage à la sortie de ce bain en passant les tirages sous le robinet ou la douche, et normalement tout est prêt pour le séchage!

Comment améliorer le procédé?

Il existe des produits qui facilitent le rinçage, ce sont les "auxiliaires de lavage" (Lavaquick chez Tetenal, Washaid chez Ilford, pour ne citer que ceux qu'on utilise à GdF). Il s'agit d'un bain assez court (2 minutes) qui favorise l'élimination de l'hyposulfite (principal composant des fixateurs) et permet de raccourcir le temps de rinçage. Ceci s'applique principalement au FB, bien sûr! Les fabricants et certains vendeurs annoncent des temps de rinçage très courts, ce qui reste à évaluer vraiment.

Comment vérifier la qualité d'un rinçage?

Afin d'obtenir un rinçage ni trop long ni trop court, garantissant une conservation de type "archive", une solution existe: un produit de test de présence de fixateur chez Amaloco, le H15. Ce petit produit à base de permanganate d'usage simple constitue une solution rassurante.

Utilisation:

Principe: on juge de la concentration en sels de fixateur de l'eau de rinçage par comparaison de couleurs de deux solutions. On dispose de petits tubes à essais pourvus des graduations nécessaires:

* tube témoin: échantillon de l'eau qui sera utilisée pour le rinçage avec une petite dose de réactif; cette solution est magenta.
* tube test: échantillon de l'eau prélevée dans la cuve (pour les films) ou en égoutant le tirage, avec une petite dose de réactif. Couleur variable selon la concentration en sels.

On compare les couleurs des deux tubes: tant que le tube test a une nuance plus orangée que le témoin, c'est que la concentration en sels est au moins égale à 1mg/litre d'eau. Quand les deux tubes ont la même couleur, on est en-dessous de 1mg/l, ce qui garantit la qualité de conservation de type "archive".

Astuce:

Afin de comparer de manière sûre les deux teintes des solutions, on peut poser les deux tubes sur une table lumineuse et regarder les tubres par le haut: en utilisant la hauteur maxi de liquide bien éclairé, la comparaison est vraiment précise.

Remarque: les chimistes en herbe auront repéré que le produit de base (permanganate) se trouve à bas prix en pharmacie: on peut donc fabriquer le H15 soi-même. Cependant le produit tout fait permet d'avoir une concentration maîtrisée et on bénéficie des tubes à essai étalonnés.