Objectif photographie argentique photographie argentique photographie numérique

L'influence de La chimie photo sur les films.

Par Danny DULIEU

La quasi-totalité des procédés photographiques repose sur la sensibilité aux radiations lumineuses des cristaux d'halogénures d'argent (en général, brome, chlore ou iode). Ainsi, la bien connue pellicule photo est en fait constituée d'une feuille de matière souple, habituellement en acétate de cellulose ou en polyester transparent, recouverte d'une couche sensible d'halogénures d'argent en suspension dans une émulsion de gélatine.

Le film photographique non traité est opaque, il n’est pas transparent comme une pellicule développée. Cela est du aux halogénures d’argent qui le composent.
Sa surface est de couleur rose (bleue, bleu-vert selon la marque). Cette coloration est due à la « couche anti-halo » qui le compose.
Voyons maintenant les différents composants de la pellicule :
1. Couche résistante aux égratignures. Cette couche aussi appelée Tannant comme pour le cuir est une substance recouvrant la gélatine pour la rendre plus résistante lors des manipulations.
2. Cristaux photosensibles et Gélatine. La gélatine contient des cristaux nommés « halogénures d’argent ». Dans la majorité des cas, il s’agit de Bromure d’argent. Celui-ci est emprisonné dans de la gélatine pour former une émulsion. La gélatine sert en quelques sortes de liant, comme pour une sauce en cuisine.
3. Base. En matière plastique, celle-ci est le support de notre émulsion qui permet de la manipuler sans la détériorer.
4. Couche anti-halo. Cette couche permet d’éviter les reflets de lumière indésirables que l’on nomme halos.
Nous allons donc exposer cette pellicule dans l’appareil et procéder ainsi à son exposition.

Formation de l’image latente ou exposition.

La lumière parvient sur la pellicule sous la forme d’un photon. Ce photon vient réagir sur un des composants de la pellicule : l’halogénure d’argent. Par une réaction chimique appelée réduction photochimique, ce photon va transformer l'halogénure d'argent en argent métallique noir.
A ce stade, l’image n’est pas perceptible. Il faut amplifier la quantité d’Ag° pour que le contraste apparaisse entre les zones éclairées et les zones non-éclairées. Cette amplification se nomme révélation. Ce processus est celui du développement proprement dit.

Révélation.

Sans donner trop de détails mais en restant juste, on peut dire que le révélateur va amplifier la formation d'argent métallique là où la lumière aura frappé.
Cette opération doit impérativement être limitée dans le temps pour éviter de noircir tout le négatif.

Arrêt.

Le bain d’arrêt est une solution acide peu concentrée. Souvent composée d’acide acétique (vinaigre blanc) ou d’acide citrique, celle-ci permet d’arrêter l’action du révélateur.

Fixage.

Dans le bain de fixage, c’est l’ion thiosulfate (ou Hyposulfite) qui sert de fixateur. Ce dernier va dissoudre les halogénures d’argent non réduites.
Le fixateur a pour rôle de dissoudre les halogénures d'argent non révélées. Il clarifie le négatif en le rendant transparent. Le négatif est à ce moment stabilisé et peut être exposé à la lumière du jour.

Le lavage.

Le négatif est rose (ou autre couleur). La couche anti-halo n’est pas totalement dissoute. Le lavage permettra d’éliminer tout résidu de fixateur (dangereux pour le film) et d’éliminer cette couche anti-halo.
En effet, hyposulfite (fixateur) dissout les halogénures d’argent rapidement mais en excès, il dissout aussi l’argent métallique. Pour expérience, si l’on place un morceau de film (ou de papier) noirci dans du fixateur durant plusieurs jours, ce dernier sera tout blanc ! Il est donc nécessaire de bien laver le négatif.
Après le premier lavage, l’eau de rinçage ressemble à ceci :

La coloration de l’eau est due à l’élimination de la couche anti-halo. Après un rinçage efficace, notre négatif a une coloration gris neutre bien classique :

Agent mouillant / Tannant.

L’agent mouillant est une solution à base de Teepol (composant des produits de vaiselle, shampoing, etc…). Son rôle est de permettre à l’eau de bien s’écouler sur le négatif de sorte à ne pas laisser de traces de séchage.
Le rôle de l’agent mouillant peut se comparer à celui du produit de rinçage de lave vaisselle.
L’agent Tannant est utilisé pour durcir la gélatine. Il est cependant de moins en moins recommandé car les films actuels possèdent déjà une couche de tannant (ce qui n’était pas le cas pour les films très anciens.