Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre noire

Le laboratoire numérique, technologie, équipement...
Avatar de l’utilisateur
SylvainM
Modérateur
Messages : 893
Inscription : 05 sept. 2008 18:26
Localisation : Chuiche :o)
Contact :

Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre noire

Message par SylvainM » 12 juil. 2010 13:45

Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre noire

La vocation d'Objectif Argentique n'est pas de ressembler à un catalogue ou à une encyclopédie, mais plutôt d'être pragmatique, de présenter ce qui marche. Alors, plutôt que de lister tous les workflows possibles et tous les logiciels qui vont avec, voici un exemple de labo hybride, ainsi que la démarche qui a conduit aux différents choix de matériel ou de logiciels.

Préambule

Tout d'abord, avoir un matériel adapté à son besoin et à ses moyens. Dès qu'on met un pied dans le numérique (et donc: l'informatique), on est de suite soumis à la pression du fameux si-t'as-pas-le-top-t'es-nul. La première chose à faire quand on envisage un labo hybride c'est de mettre tout ça à la poubelle. Le photographe est perfectionniste, mais on le dit toujours en argentique: un photographe est un chimiste raté... Il n'y a donc pas de raison: il peut aussi être un informaticien raté!

Impression
Commençons donc... par la fin. Le but ultime du labo, c'est le tirage, déterminant pour le choix du matériel et des logiciels. Dans le cas présenté, le contexte est simple: remplacer un labo argentique dans lequel on tirait des barytés 30x40 maxi, principalement sur papier mat. Petite quantité, tonalités variées, et une qualité de type archive. On souhaite garder de la flexibilité et une démarche artisanale; de plus, le budget n'est pas illimité. Voilà pour les données d'entrée.
On a choisi la méthode "noir et blanc" (voir l'article "labo numérique, comment ça marche?"). L'imprimante est un modèle abordable, sans trop d'options inutiles et permettant l'usage d'encres alternatives (une Epson Stylus Photo 1400), et elle est équipée d'encres carbone à dilutions variées, ainsi qu'une cartouche noire supplémentaire à tonalité froide pour faire varier les tonalités des tirages (kit Eb1400 mis au point par Paul Roark).
Ce choix d'encres dédiées au Noir et Blanc implique l'usage d'un pilote d'impression particulier, Quad Tone RIP (abrégé QTR), une petite merveille signée Roy Harrington.

Scan
Là encore, le tirage souhaité conditionne le choix du scanner, tenant compte bien sûr du format du négatif. Sur le papier, l'image doit avoir une résolution mini de 280dpi (qu'on peut arrondir à 300dpi pour faire simple). Ce chiffre, combiné au taux d'agrandissement, nous donne la résolution du scan. Attention: il faut aussi avoir en tête que plus un tirage est grand, plus on le regarde loin.
Dans notre exemple, les négatifs à scanner sont soit des 6x6 soit des 24x36 (ponctuellement des 24x65 issus d'un Xpan). Le taux d'agrandissement maxi est donc d'environ 6 pour une vue 6x6 et 12 pour une vue 24x36 (sans recadrage). Ceci donne une résolution de scan respectivement de 1800 et 3600 dpi.
Pour des raisons budgétaires et d'encombrement, un compromis a du être fait. En effet, pour avoir une véritable résolution de 3600dpi pour les films 135, un scanner dédié aux films s'imposait, alors que pour les 120, un scanner à plat est nécessaire! Le choix s'est donc porté sur un scanner à plat Epson V500 offrant une résolution réelle de 2400dpi (voire un peu plus), ce qui assure la définition de 280dpi jusqu'au tirage 20x30 pour du 135. Pour des tirages plus grands, une petite perte de détail est à accepter.
Côté pilote, celui fourni par Epson étant peu enclin à la customisation du scanner (comme, par exemple, l'utilisation sans passe-vue), on a choisi la liberté en investissant une somme modique dans Vuescan, qui donne entière satisfaction à un artisan du film...

Retouche et interprétation
De nouveau, la résolution des images permet d'évaluer l'ordinateur nécessaire pour supporter la retouche (et tout le workflow, d'ailleurs). Une vue 6x6 scannée à 2400dpi, ça fait quand même une image de 5300pix de côté... Soit une image d'un peu plus de 28Mpix. Pour peu qu'on travaille avec des logiciels un peu sérieux comme PS ou Gimp, avec un certain empilage de calques, il est préférable de ne pas lésiner sur la RAM et le processeur... A noter cependant qu'un Quad-core n'est pas forcément utile, puisqu'une application n'utilise qu'un seul cœur à la fois... Privilégier plutôt le cadencement, donc.
Logiciels: pour notre labo exemple, c'est Gimp qui a été retenu, plus pour des raisons de principe et de budget que des raisons de performances. Photoshop est plus rapide, plus souple et parfois plus complet que Gimp. Mais là encore, il faut savoir raison garder et adapter le matériel à ses besoins: Gimp donne entière satisfaction aux photographes n'ayant aucun impératif de productivité, et son prix élimine rapidement toute concurrence dans ce contexte.

Et l'écran?
Au risque de se répéter, dans ce cas précis de labo noir et blanc, le top du top n'est pas nécessaire. Il est important (essentiel?) d'avoir un écran calibré (la sonde Spyder3pro de Datacolor est un choix judicieux) et de bonne taille (un 19" pour la retouche est un minimum). Mais ne regarder que chez LaCie ou Eizo n'est pas indispensable, loin de là. Il vaut mieux veiller à avoir un bon éclairage dans le "labo" (bureau...) pour que l'étalonnage soit valable.

En résumé:
Matériel: un scanner V500, un PC avec un "dual core" AMD Athlon64 et 4Go de RAM, une imprimante SP 1400, un kit d'encres carbone, sonde Spyder3pro, écran 19".
Logiciels: Vuescan, Gimp, QTR.
Accessoires: chiffon optique, bombe d'air sec, alcool isopropylique, une bonne souris.
Si on part du principe que tout ce matériel peut servir à la bureautique domestique classique, ce labo hybride ne représente absolument pas un investissement ruineux, et occupe un espace plus que raisonnable.
Consommables: les encres ne constituent pas la part prépondérante du budget: en effet, pour un beau tirage, tout comme en argentique, le choix d'un papier de qualité s'impose. Et là, par contre, il ne faut pas hésiter à prendre "du beau". Pour notre labo exemple, les papiers PhotoRag et Bamboo de chez Hahnemühle sont choisis pour leurs qualités esthétiques, techniques, ainsi qu'environnementales.

A l'usage:
on a un labo agréable, simple d'entretien, et qui laisse une part assez grande à la créativité, tout comme dans une bonne vieille chambre noire. En étant bien documentés auparavant, ce labo a fait son premier beau tirage à peine une demi-heure après son installation! On y gagne en temps, précision et répétabilité dans le processus, mais sans pour autant sombrer dans la productivité et la facilité à outrance que peut provoquer le numérique. Tout le plaisir de faire de la photo, mais dans un environnement plus facile à mettre en œuvre qu'une chambre noire...
La vérité attend. Seul le mensonge est pressé.

Avatar de l’utilisateur
mistral13
Messages : 81
Inscription : 10 oct. 2010 15:50

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par mistral13 » 27 nov. 2010 13:50

Est-ce que c'est moi qui hallucine ou VueScan est encore plus puissant que SilverFast ?
Je viens de découvrir la fonction "nettoyage infrarouge" : ça m'enlève les tâches, poussières et même les coulures de séchage, sans perte de définition et surtout 1000 fois plus rapide que les fonctions "Ice" !
En revanche, à 100% dans l'image, j'ai plus une sensation de "diapo", que je n'ai pas avec EpsonScan ou SilverFast.
http://www.flickr.com/mistral_mars" onclick="window.open(this.href);return false;

Avatar de l’utilisateur
SylvainM
Modérateur
Messages : 893
Inscription : 05 sept. 2008 18:26
Localisation : Chuiche :o)
Contact :

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par SylvainM » 28 nov. 2010 16:57

Je n'ai jamais essayé le nettoyage IR. Mais je vais essayer... 8)
La vérité attend. Seul le mensonge est pressé.

Avatar de l’utilisateur
SylvainM
Modérateur
Messages : 893
Inscription : 05 sept. 2008 18:26
Localisation : Chuiche :o)
Contact :

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par SylvainM » 13 juil. 2011 09:40

J'ai finalement upgradé mon Vuescan vers la version pro, et j'en ai profité pour installer la dernière version: vraiment top...
La vérité attend. Seul le mensonge est pressé.

Avatar de l’utilisateur
Armand29
Messages : 430
Inscription : 15 mars 2009 14:46
Localisation : Bretagne Nord

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par Armand29 » 13 juil. 2011 10:12

Ce qui serait bien , c'est pour les ignards comme moi sur la numérisation c'est de reprendre les bases communes à cette technique ........... parce qu'à part regarder en gros ce que donne mes négatifs ........ je suis nul de chez nul :°°
Même les calques sont pour moi une énigme ........... c'est grave docteur :?

Avatar de l’utilisateur
SylvainM
Modérateur
Messages : 893
Inscription : 05 sept. 2008 18:26
Localisation : Chuiche :o)
Contact :

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par SylvainM » 13 juil. 2011 10:24

Non c'est pas grave. Même moi je fais beaucoup "au feeling", surtout quand les négas sont un peu limites. Quant aux calques, je maîtrise Gimp, si tu as des questions je réponds volontiers.
Je suis aussi en train de tester la dernière version de Rawterapee, un logiciel de traitement des RAW et images assez puissant, je dois dire.
La vérité attend. Seul le mensonge est pressé.

edo
Messages : 41
Inscription : 01 nov. 2011 23:14

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par edo » 30 déc. 2011 23:00

Hello mozar94,

merci de cet excellent guide d'équipement :)

Perso, j'en suis à l'étape du scanner, je suppose que le modèle actuel de ton tuto serait l'epson V600. J'ai l'impression que ce dernier n'est pas une grande évolution du V500 ?
La résolution est la même et la densité optique également, alors est-il prudent d'acheter un scanner epson d'occase ? Ou est-il préférable acheter le V600 en neuf?

Danny
Messages : 156
Inscription : 26 nov. 2007 15:25
Contact :

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par Danny » 31 déc. 2011 12:37

De mon côté, j'ai préparé un petit tutoriel de base pour la numérisation/retouche

Quand j'aurai le temps...
C'est toujours les hommes qui agissent qui sont critiqués par ceux qui ne font rien ! Citation du Général Patton.

edo
Messages : 41
Inscription : 01 nov. 2011 23:14

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par edo » 31 déc. 2011 16:14

Excellent Danny et quel scanner utiliserais tu?

regine
Messages : 114
Inscription : 24 juin 2008 22:40
Localisation : lille

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par regine » 03 juin 2012 13:22

Armand29 a écrit :Ce qui serait bien , c'est pour les ignards comme moi sur la numérisation c'est de reprendre les bases communes à cette technique ........... parce qu'à part regarder en gros ce que donne mes négatifs ........ je suis nul de chez nul :°°
Même les calques sont pour moi une énigme ........... c'est grave docteur :?

Tu n'es pas tout seul Armand :oops: , rassures toi ! :roll:

Avatar de l’utilisateur
Pierre-François
Administrateur
Messages : 1883
Inscription : 25 nov. 2007 11:30
Localisation : Arles
Contact :

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par Pierre-François » 03 juin 2012 19:06

mais non mais non vous n'êtes pas seuls! le taulier lui-même lis mais n'y comprend rien.

Avatar de l’utilisateur
Armand29
Messages : 430
Inscription : 15 mars 2009 14:46
Localisation : Bretagne Nord

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par Armand29 » 03 juin 2012 20:52

Pierre-François a écrit :mais non mais non vous n'êtes pas seuls! le taulier lui-même lis mais n'y comprend rien.
Et bien voilà .......... ça console ........Image

regine
Messages : 114
Inscription : 24 juin 2008 22:40
Localisation : lille

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par regine » 04 juin 2012 07:53

En fait quand j'ai regardé le forum hier j'ai été trèèès surprise de lire ce type de sujet ici , je suis assez conservatrice donc :°° .... :lol:

Ceci dit il faut être ouvert aux nouvelles technologies , mais bon, pour moi le plaisir n'est plus le même , la chambre noir est irremplaçable , même si ce qu'on peut faire maintenant est formidable avec le numérique , le plaisir est bien moindre pour moi du moins .

La chambre noire c'est une atmosphere , une ambiance unique, bien plus mystérieuse que le numérique .

J'y viendrai peut être un jour ....quand j'y comprendrai quelque chose ! Donc c'est pas demain la veille :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Pierre-François
Administrateur
Messages : 1883
Inscription : 25 nov. 2007 11:30
Localisation : Arles
Contact :

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par Pierre-François » 04 juin 2012 09:47

Bonjour, cela peut effectivement surprendre dans un forum qui se proclame argentique, mais pas si étonnant que cela.
On effectue une prise de vue argentique, on développe la photo de façon traditionnelle (dans la mesure où aucun autre moyen n'a été à ce jour découvert pour cela :mrgreen: ) on scanne avec soin et méthode son film puis on travaille dessus pour obtenir un tirage léché sur papier. C'est pour moi bien moins choquant que ces fora qui ne jurent que par l'orthodoxie argentique mais où toutes les photos présentées n'ont subies qu'un vague réglage à photoshop pour paraitre à l'écran et ne se verront jamais sur papier.
Il suffit de voir la recherche de Gotan pour atteindre son but pour déduire que le tirage numérique est bien un nouveau maillon de la chaine argentique (maillon qui ne met pas en danger la voie traditionnelle).

Avatar de l’utilisateur
SylvainM
Modérateur
Messages : 893
Inscription : 05 sept. 2008 18:26
Localisation : Chuiche :o)
Contact :

Re: Un exemple de labo hybride dans l'esprit de la chambre n

Message par SylvainM » 04 juin 2012 10:01

En effet. Je ne suis d'ailleurs pas l'initiateur de cette rubrique pour rien: fervent défenseur de l'argentique, je suis devenu fan de ce procédé car indirectement il constitue une voie très intéressante: au départ c'était pour moi une alternative à la chambre noire que je ne pouvais plus maintenir faute de place et de temps, et puis je me suis rendu compte que c'était mieux que ça: c'est un autre procédé, qui a sans doute des inconvénients par rapport au labo argentique, mais qui a un grand nombre d'attraits. Bien sûr, il y a un gros boulot d'apprentissage d'un point de vue technique (scan, traitement, impression), mais on retrouve vite ses marques d'un point de vue artistique. Plutôt que de s'y opposer, on utilise la force du numérique pour valoriser l'argentique.
S'installer devant le PC, se mettre dans les bonnes conditions d'éclairage (important pour l'affichage), ouvrir Vuescan ou Gimp, c'est un peu comme entre dans un labo "virtuel". Le plaisir, c'est de poser un film sur le scanner et de se dire qu'on va travailler telle ou telle image, avec soin et patience...

Quant à l'ambiance de la chambre noire, elle reste et restera unique, et c'est très bien ainsi. Je me réjouirai certainement un jour de m'y remettre. J'ai d'ailleurs conservé tout mon matos, il est soigneusement rangé à la cave.
La vérité attend. Seul le mensonge est pressé.

Répondre